Hôpital Vétérinaire Prévost

Entretenir une phobie, plus facile qu’on ne le pense!

Partager cette chronique sur

La psychologie canine est très à la mode présentement. Qui ne connaît pas César??!! L’interaction quotidienne qui relie l’animal à l’humain amène ce dernier à confondre son chien involontairement (ou quelquefois volontairement…) à un de ses semblables. Or, les chiens ont leur langage propre, constitué majoritairement de gestes, d’émotions et d’instinct. Le décalage qui persiste entre ces deux espèces provoque parfois des erreurs d’interprétation qui peuvent malheureusement initier des comportements anormaux ou phobiques non-désirés.

D’abord, il est important de comprendre que si votre animal a peur ou craint une situation quelconque, vous n’êtes pas nécessairement responsable de cet état. Il est tout à fait normal d’éprouver de l’anxiété dans une situation nouvelle. La capacité d’adaptation varie chez chaque individu et plus l’animal est jeune, plus il est facile de renverser la vapeur. Bien souvent, les répétitions à elles seules sont suffisantes pour habituer l’animal et lui permettre d’acquérir de la confiance (méthode de désensibilisation). L’exemple le plus frappant est la balade en voiture. En répétant la promenade, toujours un peu plus longtemps, vous réussirez à désamorcer la crainte envers cette grosse machine bruyante! Ignorez les plaintes ou les gémissements. Récompensez également les bons comportements. Votre animal fera une association entre les gâteries et la voiture; résultant en une expérience fort agréable.

La voiture, le départ de la maison, l’arrivée d’un nouvel animal, voilà des situations prévisibles que l’on peut superviser et répéter. Par contre, certaines situations non-contrôlables restent moins évidentes à gérer. Les orages en sont un bon exemple. Plusieurs animaux ont très peur des orages ou des feux d’artifices. En tenant compte de la rareté de ces évènements, chaque épisode devient un calvaire, pire à chaque fois. Lors de ces situations, votre jugement est de mise afin d’éviter de renforcir, bien malgré vous, ces phobies. Dans la logique humaine, lorsqu’un autre être humain souffre, nous allons le consoler et le réconforter. Voici une erreur d’interprétation à ne pas effectuer avec l’animal. Dans sa propre logique, votre chien comprend que lorsqu’il manifeste de l’anxiété durant un orage, vous venez le voir, le cajoler et l’encourager à continuer de la sorte. Votre langage non-verbal incite votre chien à entretenir une crainte. Votre langage verbal le rassure, vos intentions sont bonnes, mais au bout du compte il n’y comprend strictement rien…

La règle à retenir est donc la suivante : ignorez les comportements indésirables et récompensez les gestes ou attitudes souhaitées. Restez calme en situation difficile, car nos animaux ressentent nos émotions. Ils sont comme de petites éponges qui captent nos sentiments. Trop souvent nous avons le « non » facile, la punition étant presque un geste naturel pour indiquer le droit de l’interdit. Nous devons modifier notre façon de dresser nos animaux et encourager plutôt le renforcement positif.

Dre Valérie Desjardins

Hôpital vétérinaire Prévost