Hôpital Vétérinaire Prévost

Morsures: Le meilleur ami de l’homme est parfois incompris de ce dernier…

Partager cette chronique sur

Chaque année au Québec, le ministère de la Santé publique répertorie plus de 100 000 cas de morsures canines. De ce nombre, plus de 65% des victimes sont des enfants de moins de 10 ans. Environ 70% des enfants connaissaient très bien l’animal, contre 10% seulement qui le ne connaissaient pas. De tous les cas rapportés, 25% se sont déroulés sous le toit familial. Cela étant dit : chers parents, vos enfants savent-ils comment agir prudemment en présence d’un chien?

Force est d’admettre que non et qu’encore un trop grand nombre d’incidents malheureux se produisent. Est-ce par négligence ou plus simplement par ignorance que nous, parents, risquons la sécurité de nos enfants en laissant ces derniers vivrent une relation de promiscuité risquée avec une « bête »?

Utiliser le mot « bête » dans ce contexte peut sembler réducteur ou même péjoratif pour certains, mais pourtant nos plus fidèles compagnons doivent rester des animaux. Adhérer à une pensée anthropomorphique demeure imprudent et insouciant. Ce courant de pensée est maintenant si répandu qu’il est normal de s’inquiéter de ses répercussions sur nos actes et notre jugement. Considérer un chien comme un humain membre de la famille est la pire erreur à faire. Les chiens sont des chiens et si tous le réalisaient véritablement, il n’y aurait plus personne pour reprocher à un chien d’agir comme un chien. Peut être que certains trouvent ces propos difficiles à lire, mais pourtant ils corroborent une réalité bien présente. Humaniser son chien, c’est nier son identité en altérant votre raisonnement.  Et alors, courir le risque de mettre des enfants en danger.

Tous comme les humains, les chiens ont leur propre code de vie fondé sur leurs capacités intellectuelles et émotives (instinct) qui régie leurs comportements. Pour bien comprendre ceci, imaginez une morsure comme une chicane de couple! Chaque partie a une vision très différente d’une situation X et si les deux parties ne s’écoutent pas, la tension montera, les cris retentiront et comme finalité irrémédiable, les assiettes casseront…La morsure est une réaction instinctive de défense finale, résultante d’une cascade de signes corporels annonciateurs, incompris et ignorés de la partie humaine.

Les enfants sont les plus susceptibles de se faire mordre, car ils ne discernent pas les signaux d’impatience et d’agressivité que leur envoie un animal avant de passer à l’acte. Il demeure essentiel de passer du temps avec vos enfants afin de les guider dans leur manière d’aborder un chien. Ils doivent reconnaître les signaux verbaux et corporels d’un chien impatient et maîtriser les techniques pour désamorcer une situation pouvant résulter en morsure. Tous les comportementalistes vous le diront; chaque animal comporte un risque plus ou moins élevé de mordre au moins une fois dans sa vie, ce risque n’est jamais nul. Même le plus sociable des chiens peut mordre s’il se sent menacé, irrité, stressé, blessé ou par instinct de protection envers ses jouets ou de son territoire.  Il est de votre responsabilité d’y voir afin d’éviter le pire.

Voici deux sites Internet éducatifs pour les adultes et les enfants :

www.chiens-et-enfants.com et www.doggonesafe.com

Dre Valérie Desjardins

Hôpital vétérinaire Prévost