Hôpital Vétérinaire Prévost

Ces grandes méconnues que sont les glandes anales!

Partager cette chronique sur

Quel beau sujet, me direz-vous! Je vous affirmerai que c’est une information qui mérite d’être connue chez tous les propriétaires de chiens ou de chats. Seule précaution à prendre peut être avant de lire cet article; terminez votre sandwich….

Les glandes anales sont un vestige de la vie sauvage. Anatomiquement parlant, les glandes anales sont deux petits sacs de la grosseur d’une olive situés sous la peau, de chaque côté de l’anus. Si vous regardez l’anus comme une horloge, les ouvertures se situent à 4 et 8 heures. Ce n’est pas plus gros qu’une tête d’épingle, donc ne vous surprenez pas à ne rien détecter. Les sacs anaux produisent une sécrétion variant de très liquide à plutôt pâteuse, passant du jaune paille au brun foncé. Même si la texture et la couleur sont variables, l’odeur quant à elle est toujours désagréable! Cependant, pour les animaux c’est tout autre chose. Cette odeur révèle plusieurs informations olfactives, c’est un peu comme leur carte d’identité. En nature, ces odeurs permettent de détecter géographiquement les individus, identifient leur rang social et peut même offrir des informations émotionnelles ou territoriales. Tous les mammifères en ont une paire, certaines espèces l’ont même développée comme un excellent moyen de défense (moufette).  Chez le furet, le « déglandage » ou sacculectomie est exécuté très jeune à la ferme d’élevage.

En raison de leur proximité avec le rectum, les sacs anaux se vident au même instant où votre animal fait ses selles. La pression amenée par le passage de ces dernières dans le rectum comprime les sacs qui se videront à leur tour. Il est normal que votre animal fasse « le traineau » dans les minutes qui suivent sa défécation. Il désire quelquefois compléter la vidange. Il se peut aussi qu’il soit légèrement incommodé par le relâchement de ce liquide, mais la sensation est temporaire. Nous observons également certains animaux (surtout les chats) qui se lècheront l’anus afin de nettoyer ce liquide qui colle au poil.  Tous ces comportements demeurent normaux, il ne faut pas s’en inquiéter. Comme ces sacs sont gérés par deux sphincters involontaires, il se peut aussi que votre animal les vident malgré lui lorsqu’il éprouve une peur ou une joie.

Toutefois, un animal qui a une diarrhée temporaire ou une fréquence diminuée de défécation peut alors éprouver plus de difficulté à vidanger ses sacs. Le liquide se compactera, formera des grumeaux et rendra la vidange pénible. L’embonpoint, l’inactivité et certaines races prédisposeront aussi ce problème. Nous parlons alors d’impaction des sacs anaux et si l’on attend un peu trop, une fistule du sac se produira. C’est un peu comme si le sac explose, causant une plaie cutanée à proximité de l’anus. C’est très douloureux et l’animal devra recevoir une médication et dans plusieurs cas, subir une chirurgie de réparation.

Sachez que si votre animal fait « le traineau » pendant plusieurs heures, crie au moment de faire ses selles, il est temps d’agir. La vidange des sacs doit être faite manuellement par une personne qui maîtrise la technique. Certaines toiletteuses s’y sentent à l’aise, mais dans le doute référez-vous à une technicienne en santé animale ou à un vétérinaire.

Dre Valérie Desjardins

Hôpital vétérinaire Prévost