Hôpital Vétérinaire Prévost

Le top 10 des signes annonciateurs d’une maladie

Partager cette chronique sur

La qualité d’un examen vétérinaire se bonifie par l’observation de l’animal qu’en a fait le client à la maison. Le client possède une richesse d’informations qui se doivent d’être transmises au moment de l’examen. En l’absence de ces dernières, l’analyse de la situation reste incomplète et peut même compromettre notre diagnostic. Voici donc les 10 signes à reconnaître à la maison.

1. Le regard

Les yeux sont le miroir de l’âme….Assurez-vous qu’ils sont clairs et bien ouverts. Une rougeur, des sécrétions ou des paupières tombantes sont anormales. Il est impératif que les iris soient de même diamètre et de couleur. Une symétrie doit persister entre les deux yeux. Si votre animal semble incommodé par la lumière, qu’il se frotte les yeux ou qu’il a plus ou moins de larmes que normalement, consultez.

2. Les oreilles

Les oreilles demeurent le prolongement de la peau. Celles-ci ne sont pas stériles et emprisonnent donc une flore bactérienne et fongique normale. Or, si nous donnons à ces organismes des conditions idéales (chaleur et humidité), ils peuvent se multiplier anormalement et causer alors des démangeaisons et des sécrétions. Votre animal sera douloureux, se grattera et se balancera les oreilles constamment en plus de dégager une odeur nauséabonde. Évidemment, vous devez consulter, autrement l’otite pourra se répandre et même causer une rupture du tympan.

3. La gueule

Rare sont les propriétaires qui explorent fréquemment la gueule de leur animal. Et c’est tout à fait normal! Cependant, il peut être intéressant d’y jeter un coup d’œil à l’occasion. Les gencives doivent être d’un rose saumoné, bien humides et luisantes. Si elles sont d’un rose pâle, violacées, jaunes ou blanches, il est impératif de consulter. Une salive épaissie ou une texture collante n’est pas désirée. De plus, pensez à regarder les dents et la présence de tartre. Des taches jaunes, vertes, grises, brunes ou noires sur les dents, accompagnées d’une mauvaise haleine ne sont pas invitantes et signifient une hygiène buccale compromise. L’état des dents n’est pas seulement un concept esthétique, mais plutôt le point de départ d’une bonne santé interne.

4. La respiration

Les chiens et les chats ne peuvent pas suer comme nous. La respiration devient alors un moyen de réguler leur température interne par temps chaud. Tel un ventilateur interne, l’halètement permet de « réfrigérer » le sang de votre animal. Dès lors, en canicule, lors d’une stress ou après un exercice, la respiration peut être plus rapide et saccadée. Toutefois, au repos votre animal devrait être silencieux et respirer environ 20 fois/minute. Si sa respiration est bruyante, rapide ou difficile, consulter sans tarder!

5. La miction et l’apparence des urines

La régularité est toujours de mise. Si votre animal urine plus ou moins qu’à l’habitude, vous devez le mentionner. Il est important de vérifier son confort au moment de produire ses urines. Y a-t-il un bon jet ou du goutte-à-goutte? Présence de caillot de sang, une texture ou une couleur anormale? Semble-t-elle diluée ou au contraire sent-elle très mauvaise?

6. Les fèces

Encore ici, la régularité est importante. Avec nos chiens, l’idée ne nous vient pas systématiquement de vérifier l’état des selles, surtout si elles sont loin, au bois. Prenez tout de même l’habitude de les surveiller. La texture et la couleur varieront selon la qualité et la diversité des aliments donnés. Toutefois, une couleur noire peut signifier la présence de sang digéré dans les selles. Cette observation mérite alors un examen.

7. L’appétit

Nous recommandons systématiquement d’apprendre à votre animal à manger deux fois/jour. Si vous l’habituez jeune à cette routine, il la gardera toute sa vie. Ainsi, lorsqu’il ne s’alimentera pas, vous le remarquerez rapidement. Plusieurs raisons peuvent amener un animal à refuser de s’alimenter : douleur, fièvre, stress, déshydratation, nausée…Un autre point à retenir est qu’un changement dans la quantité d’eau bue, surtout une augmentation doit être dite à votre vétérinaire. Les chats, plus particulièrement en vieillissant, peuvent développer ce trouble qui signifie malheureusement la présence d’une maladie progressive.

8. Le comportement général

Vous connaissez votre animal, sa personnalité, son état d’éveil, sa vitalité, les évènements qui l’excitent ou qui le stressent….Bien entendu, en vieillissant il dormira plus, se cachera ou évitera certaines situations. Il se peut également qu’il s’angoisse ou développe des comportements inappropriés à certains moments de la journée. Sachez que les animaux peuvent également souffrir de maladies mentales dégénératives, de troubles de mémoire et qu’une faculté sensitive qui se détériore (perte de la vue ou de l’ouie) peut le stresser ou le faire souffrir mentalement. Chaque cas demeure individuel. Toutefois, il demeure important de le mentionner à votre vétérinaire qui pourra vous donnez des conseils pour le calmer et possiblement soulager ses maux.

9. Le pelage

Il n’est pas normal qu’un chien sente « le petit chien mouillé ». Si une odeur se dégage du pelage, il se peut que votre animal entretienne une infection ou un débalancement de sa flore cutanée. Un pelage sec, terne, une mue interminable ou des grattages incessants sont des signes que le pelage souffre. De nos jours, rares sont les animaux qui souffrent de carences alimentaires, mais une nourriture de piètre qualité peut causer ce genre de trouble.

10. Les coussinets

Les coussinets sont souvent mis à rude épreuve. Surveillez-les l’hiver contre les engelures et l’été contre les craquements ou les traumas perforants. Si une blessure se manifeste, prenez un bas et attachez-le à la patte. Vous devez éviter que votre animal se lèche. Faites-le voir sans tarder.

Dre Valérie Desjardins

Hôpital vétérinaire Prévost